SHOW SECRETS

Répertorie les secrets pour lesquels vous avez les droits pour les voir. Cette commande peut être utilisée pour répertorier les secrets d’une base de données ou d’un schéma spécifié (ou de la base de données/du schéma actuels de la session), ou de votre compte entier.

Voir aussi :

ALTER SECRET , CREATE SECRET , DESCRIBE SECRET , DROP SECRET

Syntaxe

SHOW SECRETS [ LIKE '<pattern>' ]
             [ IN { ACCOUNT | [ DATABASE ] <db_name> | [ SCHEMA ] <schema_name> } ]
Copy

Paramètres

LIKE 'pattern'

(Facultatif) Filtre la sortie de commande par nom d’objet. Le filtre utilise une concordance de motif insensible à la casse avec prise en charge des caractères génériques SQL (% et _).

Par exemple, les motifs suivants donnent les mêmes résultats :

... LIKE '%testing%' ...
... LIKE '%TESTING%' ...

. Par défaut : aucune valeur (aucun filtrage n’est appliqué à la sortie).

[ IN ... ]

Spécifie de manière facultative la portée de la commande. Spécifie l’un des éléments suivants :

ACCOUNT

Renvoie les enregistrements pour l’ensemble du compte.

DATABASE, . DATABASE db_name

Renvoie les enregistrements pour la base de données en cours d’utilisation ou pour une base de données spécifiée (db_name).

Si vous spécifiez DATABASE sans db_name et qu’aucune base de données n’est utilisée, le mot-clé n’a aucun effet sur la sortie.

SCHEMA, . SCHEMA schema_name, . schema_name

Renvoie les enregistrements pour le schéma en cours d’utilisation ou un schéma spécifié (schema_name).

SCHEMA est facultatif si une base de données est utilisée ou si vous spécifiez le schema_name complet (par exemple, db.schema).

Si aucune base de données n’est utilisée, spécifier SCHEMA n’a aucun effet sur la sortie.

Par défaut : dépend si la session dispose actuellement d’une base de données en cours d’utilisation :

  • Base de données : DATABASE est la valeur par défaut (c’est-à-dire que la commande renvoie les objets que vous pouvez visualiser dans la base de données).

  • Aucune base de données : ACCOUNT est la valeur par défaut (c’est-à-dire que la commande renvoie les objets que vous pouvez visualiser dans votre compte).

Exigences en matière de contrôle d’accès

Un rôle utilisé pour exécuter cette commande SQL doit avoir les privilèges suivants définis au minimum ainsi :

Privilège

Objet

Remarques

USAGE

Secret

Notez que l’exploitation d’un objet dans un schéma requiert également le privilège USAGE sur la base de données et le schéma parents.

Pour obtenir des instructions sur la création d’un rôle personnalisé avec un ensemble spécifique de privilèges, voir Création de rôles personnalisés.

Pour des informations générales sur les rôles et les privilèges accordés pour effectuer des actions SQL sur des objets sécurisables, voir Aperçu du contrôle d’accès.

Notes sur l’utilisation

  • Snowflake ne renvoie jamais la valeur de la propriété PASSWORD.

  • L’exécution de la commande ne nécessite pas un entrepôt virtuel en cours d’exécution.

  • La commande retourne un maximum de 10 000 enregistrements pour le type d’objet spécifié, comme dicté par les privilèges d’accès pour le rôle utilisé pour exécuter la commande ; tous les enregistrements au-dessus de la limite de 10 000 enregistrements ne sont pas retournés, même avec un filtre appliqué.

    Pour afficher les résultats pour lesquels il existe plus de 10 000 enregistrements, interrogez la vue correspondante (s’il en existe une) dans Schéma d’information de Snowflake.

  • Pour post-traiter la sortie de cette commande, vous pouvez utiliser la fonction RESULT_SCAN, qui traite la sortie comme une table qui peut être interrogée.